Le secret de la manufacture des chaussettes inusables

Titre du roman : Le secret de la manufacture des chaussettes inusables

Écrit par : Annie Barrows

Nombre de pages : 657 pages

Mon édition : 10/18

Genre : Historique 


4ème de couverture :

Layla Beck, une jeune citadine fortunée, fille d'un puissant sénateur du Delaware, refuse d'épouser le riche parti que son père a choisi pour elle et se voit contrainte d'accepter un emploi de rédactrice au sein d'une agence gouvernementale. Elle n'a jamais travaillé de sa vie, mais en ces temps de grande dépression, nécessité fait loi. Sa mission : se rendre dans la petite ville de Macedonia, interroger ses habitants hauts en couleur, et rédiger l'histoire de cette ville sur le point de célébrer le cent-cinquantenaire de sa fondation. Elle prend pension chez les Romeyn, des excentriques désargentés, autrefois propriétaires d'une grande fabrique de chaussettes et autres articles de bonneterie – Les Inusables Américaines – qui a été ravagée par un incendie plusieurs années auparavant. Ce drame, qui a coûté la vie au grand amour de Jottie Romeyn, reste gravé dans les mémoires et suscite encore bien des questions. Ce même été, Willa Romeyn, douze ans, grande admiratrice de Sherlock Holmes, décide de tourner le dos à l'enfance et d'utiliser ses dons de déduction pour percer les mystères qui semblent entourer sa famille. De question en réponse, de soupçon en révélation, Layla et Willa vont bouleverser le cours des choses, changer profondément et à jamais l'existence de tous les membres de leur petite communauté, et mettre au jour vérités enfouies et blessures mal cicatrisées.

Ce que j’en pense :

Après avoir adoré Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates qu'Annie Barrows avait co-écrit avec sa tante Mary Anna Shaffer, c'est avec beaucoup d'enthousiasme que j'ai acheté Le secret de la manufacture des chaussettes inusables (à priori la maison d'édition française s'est beaucoup amusée à trouver un titre presque aussi long que pour le premier livre....) mais aussi un peu de peur, celle d'être déçue. Forcément, il va falloir tenir la comparaison.

Et pour moi c'est moins bon. Cela reste un bon livre que j'ai beaucoup aimé, mais il y a quelques défauts. Déjà un souci de rythme. Le livre fait 650 pages, les 150 premières pages sont intéressantes pour poser l'ambiance de Macedonia, la lourdeur de la canicule qui y règne et ses habitants qui cachent certains secrets. Quant aux dernières 150 pages, elles sont trépidantes et impossibles à lâcher. Entre, c'est un peu long. Même si l'auteure a réussi à rendre ses personnages attachants, je n'avais pas une envie absolue de retourner dans le livre dès que je le lâchais. Il manquait un peu de pep's.

Par contre une fois que je le prenais, j'étais bien, très bien même. Même s'il ne se passait pas forcément grand-chose, les personnages sont tellement vivants et réalistes que je prenais beaucoup de plaisir à les suivre. Comme il y a trois points de vue et trois narrations différentes cela donne aussi un certain rythme et évite une certaine lassitude. D'ailleurs les trois points de vue sont intéressants, même si j'aurais aimé plus de passages épistolaires, car Annie Barrows est vraiment douée dans l'écriture de la correspondance (et que j'adore ce genre). 

J'ai bien aimé la galerie de personnages ainsi que leurs évolutions surtout concernant Willa, particulièrement touchante, et Layla. La fin m'a beaucoup plus, même si je ne l’approuve pas complètement, elle est cohérente et aboutie.

Le secret de la manufacture des chaussettes inusables a été une très bonne lecture que je recommande aux amateurs du genre "histoire et secret de famille dans un petit village, limite en huis clos" mais avec un côté cocooning quand même, qui fait du bien.
 
Appréciation globale : 

⭐⭐⭐✯✯ Un bon moment

Commentaires

  1. J'en garde un bon souvenir... et l'envie de relire Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai que cela donne envie de retourner à Guernesey <3

      Supprimer
  2. J'ai adoré le Cercle littéraire (un de mes plus gros coup de cœur !) et comptait lire Le secret de la manufacture des chaussettes. J'adore les lettres d'Annie Barrows et me rappelle avoir ri pendant que je lisais le Cercle littéraire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que celui ci te plaira aussi. Tu retrouveras aussi la saveur des lettres du Cercle littéraire... même si elles sont plus ...discrètes

      Supprimer
  3. J'ai beaucoup moins aimé celui ci aussi trop long, je n'ai pas accroché avec cette ambiance caniculaire mais j'ai aimé les personnages et l'histoire de famille.
    J'ai fais une chronique sur mon blog où j'ai partagé ton liens.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Merci de passer par ici et d'y laisser un commentaire. Je ne manquerai pas d'y répondre !

Ne pas mettre de liens dans votre commentaire.

Encore merci et à bientôt !