Dernièrement sur le blog - cliquez sur la couverture pour accéder à l'avis qui vous intéresse :

http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/03/la-decision.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/03/flying-witch-tome-1.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/03/the-vanishing-girl-tome-1.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/03/la-fille-davant.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/03/crotte.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/03/a-lecole-des-abeilles.html

mercredi 22 juillet 2015

Pardonne-moi, Leonard Peacock

Titre du roman : Pardonne-moi, Leonard Peacock

Auteur : Matthew Quick

Traduit par : Fabienne Vidallet

Nombre de pages : 313

Mon édition : Robert Laffont (Collection R)

Genre : Contemporain

4ème de couverture :

«En plus du P-38, le flingue de mon grand-père, il y a quatre paquets, un pour chacun de mes amis.
Je veux leur dire au revoir correctement.
Je veux qu'ils gardent un souvenir de moi.
Qu'ils sachent que je suis désolé d'avoir dû leur fausser compagnie.
Qu'ils ne sont pas responsables de ce qui va se passer... »

Aujourd'hui, Leonard Peacock a dix-huit ans.
C'est le jour qu'il a choisi pour tuer son ancien meilleur ami.
Ensuite, il se suicidera.
Plus tard, peut-être, il se dira que c'est OK, voire important, d'être différent.
Mais pas aujourd'hui.

Ce que j’en pense :

Leonard entre dans sa dix-huitième année. Et pour marquer le coup, il décide de faire un coup d’éclat. Il va tuer Asher, son ancien meilleur ami, et ensuite mettre fin à ses jours. Il a déjà tout planifié, mais avant, il souhaite dire adieu aux quatre personnes qui ont vraiment compté pour lui. C’est une sorte de pèlerinage avant de commettre l’irréparable. Histoire de leur dire une dernière fois – à sa manière – combien il les aime.

« Pardonne-moi, Leonard Peacock » c’est l’histoire d’un adolescent, Leonard, et surtout de son profond mal être. Plus on avance dans l’histoire, mieux on comprend pourquoi il se sent aussi mal et pourquoi il est désespéré au point de vouloir tuer Asher avant de se suicider. On saisit ainsi petit à petit combien il se sent oublié, seul, ignoré malgré tous les signaux et les appels à l’aide qu’il a lancés. Cela le rend profondément malheureux, il se sent incompris et tant et si bien qu’il ne voit pas d’autre issue possible que la mort.
« La logique de l'autruche est très populaire dans mon lycée. [...] Tant que les horreurs restent cachées, les Américains sont heureux. Déprimant. » (p. 100)
En conséquence, Leonard a une vision très pessimiste de la vie et du monde. Cela se ressent dans l’ambiance générale du roman. C’est très noir, il n’y a pas vraiment d’espoir d’un jour meilleur. Cela peut donc donner le bourdon… et en même temps Leonard porte un regard très lucide sur le monde. Il a tellement été déçu qu’il ne se berce plus d’illusions sur le monde et les personnes qui l’entourent.

Ce personnage, je l’ai trouvé tout particulièrement touchant et attachant. J’ai aimé son cynisme et sa clairvoyance. D’autant plus que grâce à la forme du roman on se sent très proche de lui. En effet, on a l’impression de lire son journal intime puisque le narrateur utilise le « je », nous confie ses pensées et en même temps, cela dépasse le cadre d’un simple journal.
« J'ai soudain compris que la vérité n'a aucune importance, si les gens se font des idées affreuses sur vous, rien ne les fera changer d'avis. » (p. 76)
Parlons des deux choses qui peuvent fâcher… Tout d’abord, les notes de bas de page. Elles sont nombreuses ! Je suis du genre à détester ça… mais là j’ai adoré. Car c’est Leonard qui nous parle dans ces notes de bas de page. Il y précise sa pensée ou nous donne des informations complémentaires. Cela permet d’apprendre à le connaître, à mieux le comprendre. Et je trouve que cela fait partie de l’originalité du roman. Et la deuxième… c’est la fin ! Elle est frustrante (tellement !) car elle ne répond pas aux attentes qu’on pouvait avoir. Elle est entre les deux. On se sent pris de court. Et en même temps, elle est parfaite, à l’image du roman et du message qu’il veut faire passer… La vie ne se plie pas à nos désirs, on rencontre des obstacles mais il faut faire avec !

En conclusion, un beau roman, au sujet fort. Le mal être adolescent est bien décrit et dénonce une réalité malheureusement trop souvent ignorée. Ne fermez pas les yeux et aidez ces enfants mal dans leur peau ! J’ai adoré le personnage principal, avec qui j’ai passé un excellent moment malgré l’atmosphère volontairement noire du roman.

Appréciation globale : 
Ne le ratez pas !
Se le procurer :

& Enjoy

4 commentaires:

  1. "Ne le ratez pas" il me faisait pourtant super envie, et en fait, je l'ai complètement zappé O_O
    Heureusement que tu me fais m'en souvenir xD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est comme ça avec beaucoup de livres généralement !

      Supprimer

Merci de passer par ici et d'y laisser un commentaire. Je ne manquerai pas d'y répondre !

Ne pas mettre de liens dans votre commentaire.

Encore merci et à bientôt !