Dernièrement sur le blog - cliquez sur la couverture pour accéder à l'avis qui vous intéresse :

http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/12/cent-droles-doiseaux-de-la-foret.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/12/lettres-dolly.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/12/vikings-tome-1.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/12/noblesse-oblige-tome-7-le-roi-mis-nu.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/12/prada-prejuges.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/11/lhayden-tome-1-le-secret-deli.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/11/le-trone-de-fer-tome-1.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/11/piece-montee.html

vendredi 13 mars 2015

Nos étoiles contraires

Titre du roman : Nos étoiles contraires

Auteur : John Green

Traduit par : Catherine Gibert

Illustrateur : Rodrigo Corral

Nombre de pages : 323

Mon édition : Nathan

Genre : Drame, Romance

4ème de couverture :

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie

 
Ce que j’en pense :

Je ne sais pas s’il est vraiment utile de vous résumer l’histoire de ce livre… La quatrième de couverture le fait très bien. De plus, ce livre est déjà tellement connu que ça parait un peu superflu… Mais surtout il m’est impossible de trouver les mots justes pour parler de l’intrigue. Il faut le lire pour comprendre l’intérêt de ce roman et de ce récit.
« La seule chose qui craint plus que crever d'un cancer à seize ans, c'est d'avoir un gosse qui crève d'un cancer. » p. 13
John Green nous invite dans le quotidien d’Hazel et de Gus, deux enfants cancéreux. Des « survivants ». La première est en sursis. Le traitement qu’elle suit limite les dégâts sans pour autant la guérir. Le deuxième est en rémission. Ils se rencontrent et une très forte amitié (puis une magnifique histoire d'amour) se créée presque instantanément bien qu’ils aient quelques différences de point de vue.
« Mes parents m’avaient emmenée aux urgences où une infirmière m’avait demandé d’évaluer ma douleur sur la fameuse échelle. Je ne pouvais même pas parler alors j’avais levé neuf doigts.
Plus tard, après qu’on m’avait donné des médicaments, l’infirmière était entrée dans ma chambre pour prendre la tension et elle m’avait dit en me caressant la main :
- Tu sais comment je sais que tu es une battante ? Tu dis neuf quand c’est dix. » p. 273
Exactement le genre de lecture qui me fait peur et dont je me détourne intentionnellement car je n’aime pas lire des choses tristes. Mais deux ans après sa publication en français, je me suis lancée… Et ce que j’ai lu m’a bouleversée au plus haut point. Que ce soit bien clair tout de suite : j’ai adoré ce livre. J’ai même plus qu’adoré. C’est une lecture coup de poing, une lecture qui m’a soufflée. Ce qui y contribue, c’est que les personnages ne se mentent pas. Ils regardent la vérité (ou la maladie, devrais-je dire) en face. Ce qui leur permet de tout mettre en œuvre pour profiter de la vie tant qu’ils le peuvent. Ils nous entrainent dans cette ronde joyeuse et faite de petits bonheurs simples, malgré tous les obstacles.
« Je crois qu’on peut choisir, dans la vie, comment on a envie de raconter une histoire triste et, Augustus et moi avons choisi la manière drôle […] » p. 215
Hazel et Gus deviennent réels dès qu’on les rencontre. J’avais tout simplement l’impression qu’ils évoluaient à côté de moi, que toute leur histoire se passait sous mes yeux. Ils sont tous les deux extrêmement attachants et leur courage force le respect. Ils font face à l’adversité avec beaucoup d’humour. De l’humour souvent décalé ou noir mais qui démontre leur lucidité. Le proverbe « Mieux vaut en rire qu’en pleurer » leur convient parfaitement. Ils préfèrent rire de ce qui leur fait du mal plutôt que de s’apitoyer sur leur sort. C’est ce qui rend ce livre si prenant et unique.
« - Comment se fait-il que tu aies mûri au point de comprendre des choses qui échappent à ta vieille mère ? J’ai l’impression que c’était hier que j’expliquais à ma petite Hazel de sept ans pourquoi le ciel était bleu. À l’époque, tu me prenais pour un génie.
- Pourquoi le ciel est bleu ? ai-je demandé.
- Parce que, a-t-elle répondu.
J’ai éclaté de rire. » p. 184
En effet, ce que j’ai lu, ce n’est pas un livre déprimant sur la maladie, le cancer et la mort. Non, cela en fait partie, mais j’ai surtout vu une véritable ode à la vie. Malgré le sujet grave et dur, il n’y a aucun pathos dans ce roman. Juste énormément d’émotions, de sensibilité, de tendresse et de justesse. Cette lecture m’a fait ressentir un flot massif d’émotions. J’ai pleuré. Beaucoup. Vraiment beaucoup. Mais j’ai également beaucoup ri. Et parfois, les deux en même temps. Il faut dire que la plume de l’auteur est magnifique tout en étant extrêmement communicative. Il nous transporte totalement dans son histoire et plus rien d’autre ne compte. De plus, au travers de nombreuses métaphores, l’auteur fait réfléchir le lecteur, ce qui rend l’œuvre encore plus belle.
« - Tout le monde a envie de vivre une vie extraordinaire.
- Pas tout le monde, ai-je corrigé, incapable de masquer mon énervement.
- Tu es fâchée ?
- […] C’est méchant de ta part de prétendre que les seules vies qui comptent sont celles qui ont servi à quelque chose. Ce n’est pas sympa pour moi. » p. 174
En conclusion, un livre émouvant qui prend aux tripes. Je ressors de cette lecture en étant terrassée par les émotions ressenties, dévastée par ce que j’ai lu… Avoir des mouchoirs à proximité est indispensable. Mais je suis profondément heureuse d’avoir fait cette expérience.

P.S. : J’ai également adoré le film, mais je l’ai trouvé beaucoup moins puissant émotionnellement… J’ai quand même versé toutes les larmes de mon corps en le regardant… mais j’ai trouvé le livre 10 000 fois plus intense.

Appréciation globale : 
Coup de cœur monumental
Catégorie : Un livre qui t'a fait pleurer
Se le procurer :

& Enjoy

19 commentaires:

  1. Je suis contente que tu aies aimé ce livre, qui a aussi été un coup de cœur pour moi l'année dernière.
    Tu me donnes envie de le relire d'ailleurs ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un livre à relire. Tout à fait. Et même à feuilleter car presque à chaque page contient une perle.

      Supprimer
  2. ''Coup de coeur monumental''

    Les mots parfaits pour mon ressenti à moi aussi. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que c'est à juste titre le résumé parfait pour le ressenti de plein de lecteurs :p Il est sublime :)

      Supprimer
  3. J'ai justement visionné le film hier pour la quatrième fois et j'ai pleuré... encore ! En ce qui me concerne, j'aime autant l'adaptation que le roman ce qui est très, très rare. Que d'émotions !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que même avec toute la meilleure volonté du monde... On ne peut pas empêcher les larmes de couler !

      Supprimer
  4. J'ai beaucoup pleuré en lisant et en voyant cette histoire, je suis contente qu'il fasse encore des "heureux"! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça. J'ai versé toutes les larmes de mon corps en le lisant et en regardant le film. Mais quelle histoire émouvante !

      Supprimer
  5. J'aime beaucoup comment tu présentes tes chroniques, avec des extraits ! Pour ma part je l'ai lu il y a un petit moment déjà et qu'est-ce que j'avais pleuré !
    Un super livre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :)
      C'est tellement triste mais beau... Impossible de ne pas pleurer !!

      Supprimer
  6. Je n'ai pas été bouleversée par ma lecture mais je trouve la plume de John Green a beaucoup de justesse et de finesse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas vraiment été convaincue par la Théorie des Katherine... Ni l'histoire, ni la plume... Mais là j'ai été soufflée par les deux :) Comme quoi d'un lecteur à l'autre, et d'un livre à l'autre... ^^

      Supprimer
  7. c'est tout à fait le genre de livre que j'évite. Même si j'en ai lu beaucoup de bien, ca me fait trop peur comme livre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis comme toi, sauf que cette fois, j'ai fini par succomber. Et je ne regrette pas, car j'ai passé un magnifique moment et ressenti tout un tas d'émotions grâce à ce livre ^^

      Supprimer
  8. C'est tellement vrai! Pour moi aussi ça a été un énoooooooorme coup de cœur! Ce livre est ma référence en matière de coup de cœur! XD Il m'a soufflée quand je l'ai lu, je ne savais plus où j'en étais et je pleurais comme une madeleine...
    Truc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On termine la lecture complétement stone ! C'est un livre vraiment puissant !!

      Supprimer
    2. Tu as lu "Avant moi" de Jojo Moyes ?

      Supprimer
  9. Mais comme je suis ravie que tu l'aies lu ! Que d'émotions ! Pfiou, rien que d'y repenser, je pourrais me mettre à pleurer tellement ce livre est d'une beauté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je me suis enfin laissée tenter... et je ne regrette pas :)

      Supprimer

Merci de passer par ici et d'y laisser un commentaire. Je ne manquerai pas d'y répondre !

Ne pas mettre de liens dans votre commentaire.

Encore merci et à bientôt !