Dernièrement sur le blog - cliquez sur la couverture pour accéder à l'avis qui vous intéresse :

http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/11/asterix-et-la-transitalique.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/11/seules-les-femmes-sont-eternelles.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/11/gloutons-et-dragons-tome-3.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/11/les-adieux-la-reine-lecture-commune.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/11/paris-toujours.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/11/les-fleurs-du-repentir.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/10/ou-est-passee-lola-frizmuth.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/10/paris-le-retour.html

mercredi 16 mai 2012

Les Dolce, tome 1 - La route des magiciens

Titre du roman : Les Dolce, tome 1 - La route des magiciens

Auteur : Frédéric Petitjean

Nombre de pages : 536

Mon édition : Don Quichotte

Genre : Fantastique

4ème de couverture :

" Je n'ai commencé mon travail sur les Dolce que bien des années plus tard, après avoir revu mon camarade de classe. Vingt ans s'étaient écoulés et il n'avait pratiquement pas changé ! D'abord, je crus à une illusion, mais il portait à son cou un pendentif qu'il avait déjà dans notre enfance. Il vieillissait simplement plus lentement que nous. J'ai su à ce moment qu'il était plus important pour moi de comprendre qui il était, que tout autre chose dans la vie. J'avais en face de moi l'un des derniers magiciens du monde... "

Persécutés des siècles durant par les sorciers, ces êtres singuliers ne sont plus qu'une poignée. Cinq exactement. Une famille : les Dolce. La lignée, traquée en permanence, tente depuis des années de se fondre dans la société moderne et vit pour l'heure dans une bicoque de Brooklyn. Le grand-père n'a plus toute sa tête, le père et la mère exercent des professions sans histoires et les adolescents vont à l'école. Se faire des amis ne devrait pas être un problème quand on peut lire dans les pensées. Mais la discrétion qu'ils doivent constamment observer et les déménagements à répétition ne leur facilitent pas la tache. Ainsi, Leamedia, la cadette, décide-t-elle de s'émanciper : le jour de ses onze ans elle utilise ses tout nouveaux pouvoirs magiques à très mauvais escient. Son premier sort provoque un désastre. Repérée par ses redoutables ennemis, la famille doit décamper aussitôt, reprendre à nouveau la route, errer encore sans autre but que de se faire oublier. Sans savoir qu'ils détiennent le secret qui permettrait la régénération d'une planète polluée et rendue hostile aux hommes.

Ce que j’en pense :

Les Dolce forment une famille un peu particulière car ils sont magiciens. Pas le genre à sortir un lapin d’un chapeau ou à scier une femme en deux. Non, eux, ils ont un étroit contrôle sur toutes les cellules de leur corps, ce qui leur confère des aptitudes extraordinaires. Ils peuvent également lire dans les pensées et communiquer par ce biais. Malheureusement, c’est la dernière famille de magiciens. En effet, au fil des siècles le nombre de magiciens s’est drastiquement réduit. Ils sont traqués par leurs homologues maléfiques, les sorciers, et surtout par la Guilde Noire. C’est pour fuir ces ennemis trop puissants pour eux que les Dolce déménagent sans cesse et essayent de se faire aussi discrets que possible bien que cela ne soit pas facile tous les jours.

Concrètement, on suit trois groupes. En premier lieu la famille Dolce dont la vie n’est pas toujours simple. Mais également leur plus grand ennemi - la Guilde Noire - ainsi qu’une jeune journaliste, Virginie, et son père. Ces trois intrigues se mêlent et s’entremêlent, entre rebondissements et retournements de situations plus ou moins inattendus. On se rend vite compte que les Dolce sont en grave danger, mais qu’il y a bien plus. Cette lutte entre deux clans les dépasse largement, car les enjeux sont mondiaux. Les sombres desseins de la Guilde Noire mettent en péril tous les humains de la planète.

Cette famille un peu spéciale m’a beaucoup plu. Sauf les filles. J’ai détesté Leamedia, cette espèce de petite peste égoïste, bornée, inconsciente, désobéissante et insolente, elle n’a - vous vous en doutez - pas réussi à m’émouvoir une seule seconde. C’est bien d’avoir du caractère, mais là elle est carrément invivable. Si j’avais une fille pareille, je crois que je la mettrais au couvent jusqu’à sa majorité, voire plus. Et la mère m’a également bien exaspérée. Tout simplement parce qu’elle est colérique, possessive et volontairement blessante dans ses propos. Elles ont bien sûr des raisons de se comporter ainsi. Leamedia aimerait tout simplement être normale et ne pas avoir à fuir systématiquement. Quant à la mère, elle s’inquiète pour la survie de sa famille. Mais cela n’excuse pas tout à mes yeux. Bref, je ne les ai pas vraiment appréciées.

Par contre j’ai beaucoup aimé les trois Dolce. Tout d’abord Antonius, qui est très touchant. Lui aussi cherche à s’émanciper de cette famille beaucoup trop particulière, mais il est tout de même moins Je-m’en-foutisme que sa sœur. Il rêve d’être un humain normal mais sait que ce n’est pas possible et il fait presque tout son possible pour protéger sa famille. Rodolpherus, le père, est plein de charme. Son calme, sa sympathie naturelle en fait quelqu’un d’attachant. Enfin, le grand-père est une personne étonnante. Il perd un peu la tête, mais c’est quelqu’un d’avenant.

La plume de l’auteur est tout à fait fluide. C’est tant un plaisir à lire que les pages se tournent toutes seules. Il me tarde de pouvoir lire la suite, de retrouver les Dolce et de connaitre la suite de leurs aventures.

En conclusion, un très bon moment de lecture. On se laisse très facilement entrainer dans la vie agitée de cette famille atypique. A croire qu’ils n’ont le droit à aucun répit. Je vous le recommande sans hésiter !

J’aime :

- Antonius, un jeune homme plein de fougue
- Les liens qui peuvent exister entre les Magiciens (le Bien) et les Sorciers (le Mal)
- Une plume entrainante
- D’avoir trois points de vue différents ce qui permet d’avoir une meilleure compréhension de l’histoire

J’aime un peu moins :

- Leamedia et sa mère qui m’ont toutes deux agacée

Appréciation global :
Un bon roman !
Se le procurer :

& Enjoy

8 commentaires:

  1. J'arrive à la bourre pour commenter, mais c'est pas dramatique x)
    Je ne sais absolument pas pourquoi mais la couverture me fait penser au troisième volet d'Harry Potter, tu sais, avec le magicobus et tout ça. Bref, remarque inutile, mais j'assume ^^
    Je suis ravie que tu aies aimé, mais je ne suis pas tentée (a) Ma wish-list te remercie xDD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si si c'est dramatique, je me demandais si tu me boudais ?! :P Non mais !
      Je vous tout à fait ce que tu veux dire pour la couverture, je n'y avais pas pensé, mais maintenant que tu le dis ! ^^
      Bon, j'ai fait une bonne action pour ta wish list alors, mais c'est quand même dommage =D

      Supprimer
  2. Oh eh bien je vais noter ça! Merci pour cet avis qui donne envie!
    Pauline,
    Entre Les Pages : http://areader.over-blog.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est moi qui te remercie ! J'espère que tu apprécieras cette lecture. Frédéric Petitjean a créé une famille de magiciens bien particulière. Cela change de ce qu'on peut lire habituellement :)

      Supprimer
  3. Merci... Bonne lecture. Le livre vient d'obtenir le grand prix de l'imaginaire! Les "Dolce" vivent leurs vies (multiples)

    FP

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai vu cette bonne nouvelle :) Toutes mes félicitations ! ^^
      C'est moi qui vous remercie pour ce très bon moment de lecture. Et pour votre passage et commentaire sur mon blog, cela me touche et me fait énormément plaisir. =) Alors, encore une fois, merci !

      Supprimer
  4. Coup-de-coeur...Ce livre m'a plu dès la première page

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En espérant que ça continue avec la suite :)

      Supprimer

Merci de passer par ici et d'y laisser un commentaire. Je ne manquerai pas d'y répondre !

Ne pas mettre de liens dans votre commentaire.

Encore merci et à bientôt !