Dernièrement sur le blog - cliquez sur la couverture pour accéder à l'avis qui vous intéresse :

http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/09/gloutons-dragons-tome-1.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/08/the-sun-is-also-star.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/08/agence-confettis-meme-pas-peur.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/08/si-belle-mais-si-morte.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/08/la-servante-ecarlate.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/08/la-saga-des-elements-tome-2-sanctuaires.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/08/le-couple-da-cote.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/07/le-chemin-des-collines.html

jeudi 17 février 2011

Rose-Aimée, tome 1 : La belle qui porte malheur

Rose-Aimee-Tome-1.jpgTitre du roman : Rose-Aimée, tome 1 : La belle qui porte malheur

Auteur : Béatrice Bottet

Genre : Aventure

Nombre de pages : 495

Note : http://img3.imageshack.us/img3/7612/note4k.jpg

4ème de couverture :

San Francisco, mai 1851
Dans le saloon bruyant et enfumé bourré de chercheurs d’or, l’homme aux cheveux gris haussa la voix :
– J’ai quelque chose d’important à te demander...
Le jeune marin ouvrit bien grand ses oreilles.
– Es-tu capable de retrouver quelque chose à Paris ? demanda Garancher, fébrile, en lui mettant une main sur le bras. Et quelqu’un ?
– Ce que vous voulez, dit Martial Belleroche avec assurance. Et qui vous voulez.
– Alors je compte sur toi. Mais surtout, surtout... il faudra te méfier, fit Garancher d’une voix grave et lugubre sans s’expliquer davantage.
Il leva alors son verre et les deux hommes trinquèrent.
Paris, avril 1852
Fifi -Bout-d’Ficelle sourit au public et s’inclina. Tous les spectateurs sentirent leur coeur fondre. Tous sauf un. Le piano et le violon jouèrent un prélude d’une grande intensité dramatique. Fifi salua gracieusement en tenant sa robe à deux mains. Quelques applaudissements éclatèrent encore, vite rembarrés par des « chuuut » impatients. Et Fifi chanta la complainte de la fille qui portait malheur…

Ce que j’en pense :

Je suis conquise. Vraiment. Je remercie d’ailleurs très chaleureusement Babelio et les éditions Matagot-Nouvel Angle pour m’avoir permis cette découverte. Et je m’excuse pour les quelques jours de retard !
Pour ma part, je trouve que le résumé ne rend pas assez justice au livre, il ne rend pas compte de la réalité du livre. Livre qui contient une histoire innovante, un contexte original que je n’avais jamais retrouvé dans mes lectures jusqu’à maintenant. L’intrigue développée tout au long du roman est assez complexe et surtout très intéressante. Je suis donc éblouie par ma lecture, d’autant plus que des faits imprévus agrémentent le récit.
De plus à la fin, il y a un dossier très instructif sur la vie à cette époque, et certains aspects abordés dans l’histoire. Je me suis régalée à le lire !

Les personnages sont tous très bien choisis. Il y a ceux qui sont attachants, comme Rose-Aimée ou encore Martial Belleroche. Pour tout vous dire, mon cœur a bien souvent palpité avec les leurs au cours de leurs aventures. Et la trouvaille de la malédiction de Rose-Aimée est tout à fait géniale. Il y a également des personnages qu’on déteste dès les premières lignes parlant d’eux, comme la Jousselin par exemple. Je vous laisse découvrir le pourquoi du comment par vous-même, évidemment. Pire encore, il y a certains personnages que l’on ne trouve pas si mal au début, et que l’on se met à détester, ou encore le contraire … Tout cela pour dire qu’il y a dans ce roman une variété de personnages aux profils recherchés, ce qui est appréciable.

Il n’y a rien de particulier à dire sur le style si ce n’est que certaines répétitions volontaires rendent le récit assez lourd. Certaines parce qu’elles n’ont pas d’utilité à proprement parlé. Un exemple : « Il se demandait de quoi elle pouvait bien avoir l’air. » page 31 et la page suivante « A quoi pouvait-elle ressembler, cette fille coquine qui dansait et chantait si bien ? » et plus loin dans la même page « De quoi avait-elle l’air, cette coquine Fifi ? ». Certes c’est un chapitre où il s’interroge sur ce qu’il va découvrir une fois  en France, donc c’est presque logique, mais cela n’en reste pas moins redondant. Ce procédé est également utilisé pour entretenir le suspens lorsque Fifi pense à son oncle par exemple (où généralement elle s’arrête à : « Cet homme, mon oncle »). On ne sait donc pas tout de suite ce qui s’est passé, et on nous agite sous le nez à plusieurs reprises ce mystère. Au lieu d’attiser ma curiosité cela m’a légèrement agacée. Vous imaginez donc mon soulagement lorsqu’on apprend enfin de quoi il retourne !

Cependant, malgré ces quelques inconvénients des plus mineurs, ce livre est une merveille. L’histoire est captivante, les personnages attachants, ce roman a vraiment tout pour plaire. Il est à mettre entre toutes les mains, alors n’hésitez plus ! J’attends avec impatience le tome 2 qui doit paraitre en avril (d’après le livre) ou en mai (d’après le site dédié).

Article relatif :
L'extrait qui fait envie [5]
Livres  contre critiques
& Enjoy

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de passer par ici et d'y laisser un commentaire. Je ne manquerai pas d'y répondre !

Ne pas mettre de liens dans votre commentaire.

Encore merci et à bientôt !