Dernièrement sur le blog - cliquez sur la couverture pour accéder à l'avis qui vous intéresse :

http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/07/le-vertige-des-falaises.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/07/starters-livre-ii-enders.html https://antredeslivres.blogspot.fr/2017/07/quart-de-frere-quart-de-sur-tome-2-mon.html https://antredeslivres.blogspot.fr/2017/07/princesses-power.html https://antredeslivres.blogspot.fr/2017/06/red-queen-tome-2-glass-sword.html https://antredeslivres.blogspot.fr/2017/06/les-enquetes-de-linspecteur-higgins.html https://antredeslivres.blogspot.fr/2017/06/une-enquete-trepidante-du-club-wells.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/06/la-chine-en-12-recits.html

mercredi 20 juin 2012

La querelle des livres, petit essai sur le livre à l’âge numérique

Titre du roman : La querelle des livres, petit essai sur le livre à l’âge numérique

Auteur : Olivier Larizza

Nombre de pages : 120

Mon édition : Buchet Chastel

Genre : Essai

4ème de couverture :

Depuis 2010, le livre imprimé, relié, vertical tend à se diluer dans le virtuel de nos écrans. Certains déplorent l’avènement de ce nouveau livre fantôme, d’autres y voient une avancée extraordinaire. Tous se demandent si le numérique ne tuera pas le totem mis sur pied par Gutenberg. Dépassant les prophéties et les clivages qui enflamment les débats actuels, Olivier Larizza s’interroge sur ce qui fragilise ou au contraire consolide notre désir de livre tel qu’il se manifeste depuis plus de cinq siècles. En quoi sommes-nous si attachés à l’objet papier ? Que gagnerions-nous à l’abandonner ? L’e-book le remplacera-t-il ? Et avec quelles conséquences sur la lecture, la littérature, nos sociétés ? « Le livre a ses raisons que la raison ne livre pas » : il sécrète des affects et des fantasmes particuliers. Il fallait donc cet essai original et plein d’acuité pour nourrir une réflexion essentielle.

Ce que j’en pense :

Petite précision… je ne suis pas ici pour relancer la polémique : papier ou numérique ?

J’ai été tentée par cet essai, car je suis curieuse de nature. Il faut reconnaitre que c’est un sujet brûlant actuellement, et j’avais tout simplement envie d’en apprendre un peu plus, de réfléchir sur la question. Car oui, cet essai, pousse à la réflexion. Avant de commencer ma lecture, je ne pensais que très peu au livre numérique, et je ne me posais aucune question particulière… Or, cela fait maintenant quelques semaines que j’ai terminé ce livre, et je repense souvent à ce que j’ai lu car j’ai appris énormément de choses.

Ainsi, Internet et plus globalement la lecture sur un écran, entraine des problèmes de concentration. On survole le texte plus qu’on le lit, on picore par-ci, par-là, on se laisse facilement distraire. Je n’avais jamais remarqué ce phénomène avant, mais il est on ne peut plus vrai.
De même, l’un des grands arguments en faveur du livre numérique, c’est qu’il est écologique ! Et bien c’est… totalement faux, je cite :
« Le livre papier est nettement plus vert ; afin d’amortir écologiquement un seul reader, il faudrait en effet y lire au moins 240 e-books en 3 ans ! Quant au bilan carbone de l’appareil, il s’amortirait en… une quinzaine d’années d’utilisation ! Sauf que la machine aura rendu l’âme, ou son tablier, bien avant cette échéance. » p. 38
Cette dernière phrase m’amène également à penser à l’obsolescence programmée de tous nos appareils électroniques. C’est triste, mais c’est la réalité. Nos appareils sont ainsi programmés pour tomber en panne au bout d’un certain nombre d’années, ainsi on est obligé d’en racheter et de continuer à remplir les poches des fabricants… Tandis que le livre papier, lui, n’a pas d’option « autodestruction ».

J’ai également été surprise en apprenant que certains readers vont même jusqu’à reproduire le bruit des pages qui se tournent - vous le saviez sans doute déjà, mais moi je n’ai jamais suivi les « innovations ». C’est beaucoup d’efforts pour seulement copier ce qui existe déjà, à mon sens le numérique devrait plutôt essayer de se différencier du livre papier… Car au final, il ne faut pas oublier que le numérique et le papier peuvent parfaitement cohabiter.
« Pourquoi donc réinventer en moins bien ce qui marche parfaitement ? » p. 49
En conclusion, ce ne sont là que quelques points que l’auteur aborde. Une lecture intéressante et enrichissante qui fait réfléchir sur un sujet d’actualité.

Appréciation globale :
Une lecture qui pousse à la réflexion et qui est enrichissante.
Se le procurer :

& Enjoy

12 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ta chronique. J'avais des doutes concernant le reader considéré comme un instrument "écologique"... Mes doutes étaient donc fondés!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, j'en suis vraiment ravie !
      Je vois que je n'étais pas la seule à douter :)

      Supprimer
  2. Je doute que l'auteur est écrit son ouvrage objectivement. Il me semble évident qu'il avait des a priori dès le départ.
    Il donne des chiffres pour prouver la fausseté de l'arguement écologique. Sauf que c'est bien connu: les chiffres, on leur fait dire ce qu'on veut!
    Je reste très méfiante à l'égard de ce genre d'essai mais il est vrai que c'est très intéressant de pouvoir confronter les opinions de chacun !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'auteur développe avant tout l'idée que le numérique ne doit pas copier le papier, mais être "lui-même". Le numérique ne veut pas dire disparition du livre papier. Je n'ai peut-être pas assez insister sur cette idée :)
      Pour ce qui est des chiffres, certes, c'est vrai. Mais même sans cela, quel est l'impact écologique des readers "périmés", des éléments chimiques qui le compose qu'il faut recycler ou détruire... ?
      Après, chacun à ses préférences et ses goûts, c'est bien normal ! Moi je reste au livre papier, pour l'utilisation que j'en ai ça me va très bien, mais je comprends parfaitement que d'autres ne jurent que par le livre numérique.

      Supprimer
    2. Je ne jure pas QUE par le numérique. Je fais les deux ! ^^

      Et si les arguments de l'auteur tiennent parfaitement la route, c'est le principal ! Quelque soit son opinion!

      Supprimer
    3. Oh, je parlais d'une manière générale ! Il y a les deux extrêmes, ceux qui ne veulent que les livres papiers, ceux qui veulent que le numérique...
      Et tu es la preuve vivante qu'on peut tout à fait aimer et utiliser les deux :D

      Supprimer
  3. Ca a l'air intéressant cet essai et puis c'est agréable de lire que le livre numérique n'est pas forcément plus écologique. On entend toujours le contraire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui. C'est bien de sortir l'argument écologique en ce moment... Donc on le met à toutes les sauces !
      Mais une lecture intéressante, en effet :)

      Supprimer
  4. Bon, un essai sur les livres, ça devrait le faire, oui mais non x) J'suis pas très portée essais et tout ça perso, donc bon (a)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah je crois qu'à la base c'est encore moins mon genre que toi, mais bon, j'ai été curieuse pour une fois et je le regrette pas ^^

      Supprimer
  5. Il faudrait que je lise des essais de temps en temps, celui là aborde un sujet qui m'intéresserait moi aussi, il faut que je trouve ça ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il est intéressant :) Et puis lire un essai, cela change un peu ^^

      Supprimer

Merci de passer par ici et d'y laisser un commentaire. Je ne manquerai pas d'y répondre !

Ne pas mettre de liens dans votre commentaire.

Encore merci et à bientôt !