Bons baisers des bonobos

Titre du roman : Bons baisers des bonobos

Écrit par : Vanessa Woods

Nombre de pages : 356

Mon édition : Flammarion

Genre : Essai, Autobiographie

4ème de couverture :

Imaginez un de vos cousins qui, en guise de bonjour, tend le sexe à la place de la main, organise des parties fines avec les voisins et laisse aux femmes la gestion des affaires du monde. Ce cousin n'est pas tout seul, il y en a toute une tribu : celle des bonobos, les primates les plus menacés et les plus affectueux qui soient. Une espèce aussi proche du chimpanzé par les gènes qu'éloignée de lui par les moeurs, et qui partage 98,7% de notre ADN. Mais d'eux on sait fort peu de chose. L'été 2005, Vanessa Woods pose ses bagages dans un Congo dévasté par la guerre. Son fiancé, le primatologue Brian Hare, l'a parachutée dans un sanctuaire de bonobos, persuadé qu'il trouvera chez eux la réponse à la question qui l'obsède : en quoi consiste notre humanité ? Vanessa et Brian vont vivre au milieu de ces primates pas comme les autres, les observer : pourquoi les bonobos sont-ils enclins à coopérer? Pourquoi ont-ils recours au sexe pour atténuer leurs angoisses et régler leurs conflits quand les chimpanzés forment des sociétés dominées par les mâles, où la contrainte sexuelle, l'infanticide et les razzias sont monnaie courante ? Pourquoi un bébé bonobo hurle-t-il de terreur devant un hérisson en plastique rouge quand un bébé chimpanzé se l'approprie dare-dare ? Il se trouve que les bonobos boudent les tests sauf s'ils sont menés par une femme... Et l'on assiste à la naissance d'une vocation : peu à peu, Vanessa la dilettante se mue en chercheuse passionnée. D'une plume espiègle et gouailleuse, elle nous raconte les amours d'Isiro "la danseuse" et de Mikeno "le penseur", les frotti-frotta de deux femelles qu'excite l'odeur de pomme verte, la dinguerie de Kikongo, qui secoue la tête à s'en décrocher le cerveau comme le batteur du Muppet Show, bondit en l'air, pieds joints, comme Gene Kelly, ou encore la mort déchirante du petit Bolombe. Et nous découvrons que, dans ce pays meurtri, l'homme et l'animal ont en commun un courage et une volonté de survivre extraordinaires.

Ce que j’en pense :

Peu familière des non-fictions, je ne savais pas trop à quoi m’attendre mais j’ai apprécié le récit de Vanessa Woods. Je l’ai trouvé instructif, intéressant et enrichissant. L’autrice, outre les bonobos qui restent le sujet principal du livre, nous parle également de ses expériences avec les chimpanzés mais aussi de sa relation avec Brian et du contexte particulier du Congo, en pleine guerre civile au moment des faits.

Je ne vous cache pas que certains passages sont insoutenables (à causes des hommes et de leur violence… mais les chimpanzés ne sont pas loin derrière, à ma plus grande surprise). À plusieurs reprises, j’ai dû reposer ma lecture, le cœur au bord des lèvres. C’est ce que je redoute avec les livres qui ne relèvent pas de la fiction : les faits décrits sont réels et marquent beaucoup plus. Mais le sujet est passionnant et la plume très agréable, même si elle ne fait aucune concession.

En conclusion, je suis contente d’avoir sorti Bons baisers des bonobos de ma PAL. C’était une véritable relique (8 ans qu’il y attendait…), mais je pense avoir attendu le bon moment pour le lire et l’apprécier à sa juste valeur. Même si certains passages sont durs, j’ai trouvé cette lecture captivante.

Appréciation globale :
Excellente surprise
Se le procurer :

& Enjoy

Commentaires

  1. Je lis aussi peu de livres hors fiction, mais adorant les animaux (beaucoup moins la cruauté humaine), ce livre devrait me plaire...

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Merci de passer par ici et d'y laisser un commentaire. Je ne manquerai pas d'y répondre !

Ne pas mettre de liens dans votre commentaire.

Encore merci et à bientôt !