Dernièrement sur le blog - cliquez sur la couverture pour accéder à l'avis qui vous intéresse :

http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/11/seules-les-femmes-sont-eternelles.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/11/gloutons-et-dragons-tome-3.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/11/les-adieux-la-reine-lecture-commune.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/11/paris-toujours.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/11/les-fleurs-du-repentir.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/10/ou-est-passee-lola-frizmuth.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/10/paris-le-retour.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/10/la-sur-du-roi.html

vendredi 18 août 2017

Si belle, mais si morte

Titre du roman : Si belle, mais si morte

Auteur : Rosa Mogliasso

Traduit par : Joseph Incardona

Nombre de pages : 132

Mon édition : Finitude

Genre : Contemporain

4ème de couverture : 

Un chemin sur la berge d’un fleuve. Ils sont nombreux à l’emprunter chaque matin : une jeune femme y promène son chien, un couple de lycéens s’y cache pour sécher les cours, un clochard y traîne sa folie, un jeune boulanger aime y méditer.
Mais ce jour-là, au bord de l’eau, une femme aux escarpins rouges est allongée. Morte.
Tous passeront devant elle, tous la verront, aucun n’interviendra. Personne n’appellera la police, personne n’en parlera. Ils ont tous d’excellentes raisons de l’ignorer et de tenter de se convaincre qu’un autre s’en chargera.
Mais il n’est pas si facile de vivre avec cette lâcheté, cette indifférence, cet égoïsme. Chez chacun d’eux, la confrontation avec la belle morte causera un séisme intime. Et leur vie s’en trouvera radicalement changée.

Un roman efficace et malin, qui mêle avec naturel réflexion sociologique et comédie à l’italienne.

 
Ce que j’en pense :

À tour de rôle, plusieurs personnes découvrent un cadavre au bord du fleuve. Mais au lieu de prévenir immédiatement la police comme le voudrait le bon sens, ils passent tous leur chemin sans lever le petit doigt. Ils arrivent tous à se persuader qu’ils ont une très bonne raison pour ne rien faire et que de toute façon, quelqu’un d’autre le fera à leur place…

Cependant, cela ne s’arrête pas là. Ils doivent vivre avec leur couardise, ce qui est loin d’être facile. Car la morte vient les hanter. Leur décision les ronge de l’intérieur, les obligeant à regarder en face leur vraie nature. Il y a ceux qui se mettent à la place de la victime, ceux qui pensent à leur âme, ceux qui croient au karma… Quelle qu’en soit la raison, ils doutent de leur choix.

Ce tout petit roman s’intéresse de près à un phénomène psycho-social des plus étranges : l’effet du témoin ou diffusion de la responsabilité. C’est ce qui arrive parfois en situation d’urgence. Pourquoi agir quand quelqu’un d’autre peut le faire… Et malheureusement, au final, personne n’agit, amenant à de tragiques résultats.

Ici, Rosa Mogliasso s’est intéressée aux témoins refusant d’agir. Elle se met à leur place, essaye de comprendre ce qui peut les pousser à ne rien faire. Mais surtout, elle tente d’imaginer comment ces personnes vivent ensuite avec leur lâcheté. Et elle le fait très bien.

Cependant, j’ai trouvé cela brutal. On entre dans leur vie, on apprend à les connaître et on s’en arrache tout aussi vite. Bien sûr, ce ne sont pas les personnages le véritable sujet du roman mais bien leurs comportements et sentiments. Mais même en sachant cela, tout ce qui me reste à la fin de cette lecture, c’est un sentiment d’inachevé. Comme si le roman était incomplet…

En conclusion, un roman qui permet de dénoncer intelligemment un phénomène sociologique et d’en comprendre – ou du moins, essayer – les mécanismes. Cependant, il n’a rien de transcendant.

Appréciation globale : 
Loin d'être indispensable
Se le procurer :

& Enjoy

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de passer par ici et d'y laisser un commentaire. Je ne manquerai pas d'y répondre !

Ne pas mettre de liens dans votre commentaire.

Encore merci et à bientôt !