Dernièrement sur le blog - cliquez sur la couverture pour accéder à l'avis qui vous intéresse :

http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/08/la-saga-des-elements-tome-2-sanctuaires.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/08/le-couple-da-cote.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/07/le-chemin-des-collines.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/07/le-vertige-des-falaises.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/07/starters-livre-ii-enders.html https://antredeslivres.blogspot.fr/2017/07/quart-de-frere-quart-de-sur-tome-2-mon.html https://antredeslivres.blogspot.fr/2017/07/princesses-power.html https://antredeslivres.blogspot.fr/2017/06/red-queen-tome-2-glass-sword.html

vendredi 27 avril 2012

Versailles, le palais de toutes les promesses, tome 1 – Un jour je serai Roi

Titre du roman : Versailles, le palais de toutes les promesses, tome 1 – Un jour je serai Roi

Auteur : Jean-Michel Riou

Nombre de pages : 621

Mon édition : Flammarion

Genre : Historique

Ressenti global : http://1.bp.blogspot.com/-cAqbA3c3Upw/TcglWaHg8OI/AAAAAAAAAGM/cicM7JGWzvc/s1600/Note+3-5.jpg

4ème de couverture :

Versailles : 3 000 pièces décorées par une armée d'artistes, 8 000 hectares de marais domestiqués, 6 000 serviteurs pour assister le Roi-Soleil. Cinquante années de travaux acharnés, et des dizaines de milliers d'hommes et de femmes accourant vers ce nouvel Eldorado. Architectes, maçons, aventuriers, soldats, ouvriers, filles de mauvaise vie, voici leur histoire. Celle du Palais de Toutes les Promesses, de 1638, jour de la naissance du futur Louis XIV, à sa mort en 1715.
À travers le destin de trois clans celui du marquis de La Place, de Pontgallet, maçon du roi, et de Toussaint Delaforge, bâtard, de Paris à Versailles, se déroule la saga du plus fabuleux des palais, celui où le soleil ne se couche jamais.

Qui est le père de Toussaint Delaforge, orphelin ? Convaincu qu'on lui cache la vérité, Delaforge s'échappe du terrible collège de Montcler pour percer le secret de ses origines. Livré à la rue, il est recueilli par Pontgallet, bâtisseur du roi qui lui propose une nouvelle vie. Dix ans plus tard, Delaforge a réussi : il construit à Versailles, avant d'autres chantiers prestigieux, les auberges où logent les ouvriers se présentant en masse. Il triche, ment, vole afin de parvenir à ses fins : être un jour assez puissant pour obliger le marquis de La Place à le reconnaître comme son fils. Mais la vérité est-elle toujours où l'on croit ? Comment accomplir cette vengeance sur le chantier même du Roi ?

Ce que j’en pense :

Ce livre conte l’histoire de deux hommes, Toussaint Delaforge et Louis-Dieudonné – futur Louis XIV – qui ne se sont pas rencontrés dans ce premier tome. Ils sont tous les deux nés le 5 septembre 1638. L’un dans une cave humide et sale, l’autre dans le plus grand luxe. L’un n’était pas désiré par ses parents, qu'il n'aura d'ailleurs pas le temps de connaitre, l’autre était désespérément attendu par la France entière. Ce qui les relit l’un à l’autre, outre leur date de naissance, c’est Versailles. Le rêve de Louis XIV. Après de nombreuses péripéties dans sa vie, Toussaint est recueilli par un maçon. Il y apprend toutes les bases du métier puis rencontre Le Vau, l’architecte royal, à qui il s’associe. Le moyen de s’émanciper, de prendre le contrôle de sa vie et de se venger, est à portée de main.

L’ouvrage m’a paru surtout centré sur Toussaint et sa quête d’identité, la recherche de ses origines, sa soif de vengeance, son parcours semé d’embûches, ses manigances et ses escroqueries. Tant et si bien que Versailles semble passer au second plan alors que c’est le thème principal, ce que j’ai trouvé un peu dommage. On parle tout de même de Versailles … mais pas autant que je l’imaginais. Par contre, j’ai aimé voir cette construction à travers deux points de vue, celui des bâtisseurs et celui du Roi. J’ai également beaucoup apprécié de voir germer l’idée du château de Versailles dans l’esprit de Louis XIV, de voir ce qui l’a poussé à vouloir un tel château, immense et majestueux.

La première moitié est assez lente. L’action est mise en place petit à petit, les personnages sont introduits, leurs histoires sont contées … Cela permet de rentrer tout doucement dans ce nouvel univers même si j’y ai trouvé quelques longueurs. Heureusement, le rythme de la deuxième moitié s’accélère considérablement. Puisqu’il n’y a plus rien à introduire ou présenter l’action devient plus dense. La fin de ce premier volume réserve de belles surprises et laisse penser que les ennuis ne font que commencer …

Je n’ai pas réussi à m’attacher au personnage principal. Je l’ai trouvé beaucoup trop malsain mais c’est voulu et cela rentre parfaitement dans la trame du roman donc il ne m’a pas choqué. Je n’ai juste pas réussi à trembler pour lui, ou à le prendre en affection. Son histoire, par contre, m’a émue. J’ai beaucoup plus apprécié Louis XIV, même si on ne le voit pas beaucoup. Il est montré comme quelqu’un de secret, discret et isolé alors qu’il est entouré sans interruption de centaines de personnes que ce soient des courtisans, des conseillers, des serviteurs ... On partage avec lui ses rêves de grandeur et ses souvenirs d’enfance. Étonnamment, c’est quelqu’un de très humain.

En conclusion, un premier tome un peu long à démarrer mais une fois que c’est lancé on est capté par l’histoire. Le prochain tome promet d’être rempli d’actions et je me demande comment Toussaint va faire cette fois pour s’en sortir sans dommage – comme il l’a toujours fait jusqu’à maintenant.

J’aime :

- Voir la construction de Versailles tant du point de vue des ouvriers que de Louis XIV
- Le personnage de Louis XIV
- Le rythme soutenu de la deuxième partie

J’aime un peu moins :

- Toussaint, qui est rongé par sa soif de vengeance
- Un début un peu lent

Des extraits pour la route :

"Les plumes du faisan levé par Sévère brillaient parmi les autres. La pièce était belle. Henri IV se pencha et voulut s'en saisir pour soupeser la bête. Au même instant, le chien surgit de la pénombre et, crocs sortis, mordit son maitre. L'oiseau était sa proie, aucun homme, pas même le roi, n'y toucherait. Le gant fut déchiré, le sang coula. Alors qu'un écuyer se jetait sur le chien pour l'égorger, Henri IV ordonna de le laisser en vie. Le futur Louis XIII regardait la scène d'un air terrorisé. Son père s’en rendit compte et vint vers lui.
- Ne craignez rien, mon fils. Je ne sens déjà plus la douleur et, voyez vous-même, la plaie est peu profonde.
- Sire, pourquoi l'avez-vous laissé en vie ? bredouilla l'enfant. Il vous veut du mal ...
- Souvenez-vous de ce chien quand votre heure sera venue d'être roi, répondit son père. Seul l'ami vous trahit. Je le croyais tel, je ne m'en méfiais pas, et voilà pourquoi il a pu me blesser. La leçon est comprise."
Pages 63-64

‎"C'est l'une des bizarreries de Versailles. La terre vomit l'eau, pourtant elle manque. Et ce n'est pas dans les tuyaux bourrés de feuilles boueuses et mortes qu'elle passera. Heureusement, les jardiniers du dénommé Le Nôtre sont rusés. Ils ont trouvé un moyen pour nettoyer les conduits. Ils attrapent un ragondin et accrochent à sa queue une raclette en ferraille. Après, ils mettent la bestiole dans le tuyau, et vas-y qu'elle fonce en avant pour trouver la sortie ! Parfois, elle crève. C'est bouché pour de bon."
Page 440

Un grand merci à Gilles et aux éditions Flammarion.

Se le procurer :

& Enjoy

7 commentaires:

  1. Je suis passionnée par cette période de l'histoire. Malgré tes reserves je note ce livre dans ma wish-list.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et j'en suis ravie :)
      Je conseillerais en effet cette lecture plus pour les passionnés d'Histoire.

      Supprimer
  2. Je ne t'apprendrais rien en te disant qu'il ne me tente pas, et qu'il n'est tout simplement pas pour moi hein ? (a)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet je m'en doutais un peu ... mais en même temps je ne le conseillerais pas à quelqu'un qui n'est déjà pas fan des romans historiques ! Dans ton cas il faut y aller petit à petit, avec des petites doses :P

      Supprimer
    2. Tu comptes me convertir au genre ou j'ai rêvé ? xD
      D'Eon c'est déjà pas mal. Un petit pas selon Anaïs, mais un grand pas pour Anne-So (a)

      Supprimer
    3. Oui, je compte bien te convertir :P Je t'aurai un jour héhé.
      Me fais pas dire ce que je n'ai pas dit ^^
      Je n'ai pas dit que c'était un petit pas, au contraire, c'est une grande victoire. Je dis juste qu'il faut y aller par petites doses sinon ça va te dégouter du genre :D (Ce qui n'est pas mon but en fait ^^)

      Supprimer
  3. Ce livre que je viens de commencer est tout simplement très bien écrit. Lire un roman, ce n'est pas s'attendre à un bouillie qu'il ne faudrait pas mâcher un peu...

    RépondreSupprimer

Merci de passer par ici et d'y laisser un commentaire. Je ne manquerai pas d'y répondre !

Ne pas mettre de liens dans votre commentaire.

Encore merci et à bientôt !