Dernièrement sur le blog - cliquez sur la couverture pour accéder à l'avis qui vous intéresse :

http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/08/la-saga-des-elements-tome-2-sanctuaires.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/08/le-couple-da-cote.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/07/le-chemin-des-collines.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/07/le-vertige-des-falaises.html http://antredeslivres.blogspot.fr/2017/07/starters-livre-ii-enders.html https://antredeslivres.blogspot.fr/2017/07/quart-de-frere-quart-de-sur-tome-2-mon.html https://antredeslivres.blogspot.fr/2017/07/princesses-power.html https://antredeslivres.blogspot.fr/2017/06/red-queen-tome-2-glass-sword.html

mercredi 10 décembre 2014

[Rentrée Littéraire 2014] Le roi disait que j’étais diable

Titre du roman : Le roi disait que j’étais diable

Auteur : Clara Dupont-Monod

Nombre de pages : 237

Mon édition : Grasset

Genre : Historique, Biographie romancée

4ème de couverture :

Depuis le XIIe siècle, Aliénor d’Aquitaine a sa légende. On l’a décrite libre, sorcière, conquérante : « le roi disait que j’étais diable », selon la formule de l’évêque de Tournai…
Clara Dupont-Monod reprend cette figure mythique et invente ses premières années comme reine de France, aux côtés de Louis VII.
Leurs voix alternent pour dessiner le portrait poignant d’une Aliénor ambitieuse, fragile, et le roman d’un amour impossible.
Des noces royales à la seconde croisade, du chant des troubadours au fracas des armes, émerge un Moyen Age lumineux, qui prépare sa mue.

Ce que j’en pense :

Ce roman nous conte les premières années d’Aliénor d’Aquitaine en tant que reine de France. Cela s’étend donc de son mariage royal jusqu’à la séparation, quinze ans plus tard. Le récit est surtout centré sur la relation d’Aliénor et de son mari le roi, Louis VII. Relation houleuse et agitée qui a façonné – d’une certaine manière – l’Histoire de France et au travers de laquelle se dessine le portrait de cette femme forte, ambitieuse et belliqueuse.
[Le roi faisant l'éloge des Templiers lors de la croisade]
« - Je croyais que vous n'aimiez ni la bataille, ni le sang.
- Mais j'aime Dieu. »
J'oublie trop souvent que mon mari est pieux, donc hypocrite. (page 56)
Aliénor et Louis VII prennent la plume tour à tour. On change de narrateur, de style également et cette alternance permet de mieux comprendre les deux protagonistes, de mieux cerner leur personnalité. Louis VII est un homme très pieux, calme, indécis. Il se destinait plutôt à une carrière religieuse. Cependant, les circonstances le poussent sur le trône. Un mariage est arrangé avec l’un des plus beaux partis du moment : Aliénor héritière des terres d’Aquitaine. Il tombe tout de suite amoureux de cette femme. Il l’admire et est prêt à tout pour lui plaire. Même à devenir un autre homme, au risque de se perdre. Aliénor quant à elle est une toute jeune fille au caractère déjà bien prononcé. Elle est impulsive, audacieuse et préfère le combat à la diplomatie : tout le contraire du roi.
La puissance ne se mesure pas aux phrases qu’on prononce mais aux coups qu’on donne. Les mots, eux, sont pour les poètes. Pas pour les rois. (page 65)
Ce roman est passionnant et m’a captivée du début à la fin. C’est intéressant de voir les liens qui se créent – malgré tout – entre ces deux personnes alors qu’elles sont totalement différentes. C’est même triste car c’est le récit d’un amour impossible, d’un homme rejeté sauf lorsqu’il fait des choses qui ne lui correspondent pas. Il est prêt à tout par amour, dans l’espoir d’avoir quelques miettes de reconnaissance… et elle ne le regarde même pas – ou alors très rarement.
 Prendre mon bain dans ma chambre est un privilège rapporté d’Aquitaine. J’ai promis à Louis qu’il pourrait me regarder. Il sera si ému qu’il se tiendra tranquille les nuits suivantes. (page 61)
Ce que j’ai également beaucoup apprécié, c’est l’écriture de l’auteur. Sa plume est travaillée. Les mots sont recherchés, percutants, choisis, imagés. Ce qui fait qu’à la fin de ma lecture, je me suis retrouvée avec une tonne de citations relevées et notées dans mes petits carnets. Autre tour de force, déjà mentionné, l’auteur change de style en fonction du narrateur. Ce n’est pas le même ton, le même rythme… et cela permet de mieux cerner le personnage, de le comprendre et de voir en transparence une partie de sa personnalité.
Paris : une femme énorme et sale qui danse parmi ses immondices. (page 55)
En conclusion, une excellente découverte. Ce livre m’a fait plonger dans l’histoire aux côtés de personnages célèbres et attachants. Même si l’auteur – qui le reconnait – s’est permis quelques libertés, cela m’a donné l’occasion d’explorer une période et de me familiariser avec des personnes que je connaissais assez peu.

Appréciation globale : 
Une excellente découverte, un livre passionnant

Lu dans le cadre des Matchs de la Rentrée littéraire 2014, opération organisée par Priceminister

& Enjoy

4 commentaires:

  1. Ça me plairait bien, j'aime beaucoup l'histoire d'Aliénor d'Aquitaine, c'est le côté romancé qui me fait un oeu peur dans ce livre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'en plus, apparemment la personnalité d'Aliénor est un peu changée. C'est l'auteur qui le dit à la fin (moi je n'en savais rien puisque je ne connaissais pas le personnage plus que ça). C'est peut-être pour cela que j'ai beaucoup aimé !

      Supprimer
  2. Encore une fois, ce n'est pas mon genre :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais, je sais... et c'est bien dommage !

      Supprimer

Merci de passer par ici et d'y laisser un commentaire. Je ne manquerai pas d'y répondre !

Ne pas mettre de liens dans votre commentaire.

Encore merci et à bientôt !